presentation

Présentation

Société d’Histoire et d’Archéologie de Cernay et Environs (S.H.A.C.E.)
Musée de la Porte de Thann – Informations

Label « Musée de France » depuis 2002

Le Musée de la Porte de Thann participe à:

]

Le musée de la Porte de Thann à Cernay est né en 1938 de l’initiative du notaire J. Rémy et d’Eugène Schneider
qui créèrent la « Société du Musée de Cernay et de la région du Vieil Armand».

La gestion et l’animation de ce musée municipal sont actuellement assurées par une équipe de bénévoles réunis au sein
de la « Société d’Histoire et d’Archéologie de Cernay et Environs » (S.H.A.C.E.).
(Association créée en 1962 par le docteur Jean Sutter).

Il occupe en partie une porte médiévale, classée Monument historique en 1920,
qui s’intégrait dans les fortifications de la ville depuis le XIV siècle.

Il a pour vocation de présenter au public le patrimoine historique local et de promouvoir des expositions temporaires.

Accessible aux personnes à mobilité réduite

(2 salles sur les 4 ouvertes)

Couverture de la plaquette de présentation du Musée:

Télécharger la Plaquette Musée – 2011

histoire-one

La première mention de Cernay

sous la forme de SENNENHEIM

se trouve dans la charte de 1144 par laquelle

le Comte de Ferrette et son Epouse fondent

et dotent le couvent de Feldbach.

 

histoire

HISTOIRE

Historique du musée de la Porte de Thann à Cernay Haut-Rhin

Les fondateurs

C’est en 1864, peu après l’ouverture de la bibliothèque municipale, que le notaire historien Armand INGOLD et l’industriel Paul BAUDRY décident avec quelques amis d’ouvrir un musée à CERNAY.
Trois salles proposent au public, le dimanche, au 1 rue Latouche, à l’emplacement de l’actuelle villa CARRERE, diverses collections dans le goût de l’époque: roches, fossiles, minéraux et pierres précieuses, plantes, oiseaux, poissons, mammifères, peintures, dessins, aquarelles, sculptures, antiquités, monnaies, instruments de musique, armes, vases, curiosités …..
Les difficultés rencontrées depuis l’annexion de l’Alsace à l’Empire allemand conduisent à sa fermeture définitive en 1877.

La Renaissance avant guerre

Le musée renaît de ses cendres à la veille de la Seconde Guerre mondiale, grâce à l’initiative du notaire cernéen Maître Joseph REMY. La ville compte alors environ 6 000 habitants.
La Société du Musée de CERNAY et de la région du VIEIL ARMAND est inscrite au tribunal cantonal de la ville (vol. II,5) le 23.06.1939.
Le comité est présidé par Roger PREISS (maire de CERNAY 1933-1943).
Eugène SCHNEIDER cumule les fonctions de vice-président, de secrétaire et de «caissier…trésorier»
Joseph REMY est le conservateur
La vénérable Porte de THANN – témoin principal s’il en est de l’ancienne ville fortifiée par les Comtes de FERRETTE – est le lieu choisi pour accueillir le nouveau musée.
Fortement endommagée durant la Grande Guerre, elle est classée Monument Historique dès 1920. Sa restauration (réfection des colombages, les 4 étages initiaux réduits à 3 niveaux) est réalisée à partir de 1925 par l’entreprise BURTSCHELL et financée par le Ministère des Beaux-Arts. L’escalier d’accès attenant à la maison HANS date de 1931.

La deuxième Guerre mondiale

A peine la nouvelle association a-t-elle le temps de réunir quelques objets (souvenirs locaux, tableaux) que le conflit éclate.
Durant les années noires, la Porte abrite une assez importante collection d’armes anciennes gérée par les autorités allemandes.
Dans les mois qui précèdent la libération de la ville, les locaux sont forcés et pillés à plusieurs reprises.

L’après guerre

La paix revenue, Maître REMY écrit au nouveau maire André ROLLIN, et lui annonce sa démission le 26.05.1945.
Il suggère que Louis SCHERRER ou Eugène SCHNEIDER le remplace au poste de conservateur. Il précise aussi que la Porte est en parfait état et abrite quelques armes et souvenirs, dont les legs de feu Mademoiselle Gabrielle DEJEAN.

Si Eugène SCHNEIDER dit ne pas accepter le poste (courrier du 4.7.1945), car affecté à d’autres fonctions, il se propose d’assurer temporairement les affaires courantes. En fait, il restera conservateur, par devoir, jusqu’en 1953 !

Un appel est lancé à la population et permet de récupérer certains objets « portés disparus »: armes, engins de guerre, armures modernes et médiévales …
La Société dispose de 10 700 F, placés à la Caisse d’Epargne.
Par décision du tribunal cantonal, la Société du Musée est rétablie le 24.07.1945.
Aidé de Roger LARUEL, Eugène SCHNEIDER entreprend d’aménager les locaux avec un mobilier sommaire: tables, bancs, chaises, vitrines
Il cède aussi sans hésiter sa propre collection.
Dans une lettre adressée au maire A. ROLLIN, Joseph REMY dresse la liste de certains biens spoliés durant la guerre.  Ainsi:
– la panoplie, avec tous ses casques de pompier, de Robert SCHEIDECKER, une collection de vieux fusils et armes en dépôt à l’usine GERRER de THANN, sont restituées au musée de CERNAY.
– une armoire Renaissance, appartenant à M. GROSSHEINTS, déposée à titre conservatoire.
– une armure japonaise (XV) à M. TOUSSAINT, garde général à PARIS.
Du 4.10.1945 au 17.09.1946 Eugène SCHNEIDER, maire provisoire, cumule les fonctions de président et de conservateur de la Société du Musée.

En décembre 1946, la direction des Musées de France (Ministère de l’Education Nationale – Palais du Louvre – PARIS) verse une subvention de 10 000 F, afin de remettre en ordre les collections. Depuis 1945 les musées de province étaient placés sous le contrôle de la DMF et classés selon certains critères.
Au 1.5.1947, le comité est présidé par le nouveau maire Marcel MULLER.
Louis SCHERRER est vice-président, Eugène SCHNEIDER reste conservateur et secrétaire.
André BOLM est trésorier.
Le 28.5.1949, l’inventaire du musée est transmis à la mairie aux fins de procéder à l’assurance incendie. Il mentionne:
1 armoire simple, 7 tables, 5 chaises, 5 armoires vitrées,
1 collection de tableaux anciens et récents,
1 collection de statues et objets divers historiques,
1 collection de monnaies diverses de toutes provenances (jetons, billets, assignats),
1 assortiment de vieilles armes de guerre, armures, fusils, sabres, baïonnettes, petits canons, lances, casques, ….
1 500 livres français formant le contingent de l’ancienne bibliothèque communale d’avant guerre,
6 casiers en bois de bibliothèque,
1 grand album renfermant les souvenirs littéraires, brochures, manuscrits, photos, …
1 drapeau (Vétérans 1870), 2 écharpes soie souvenir,
1 collection de drapeaux, brochures, affiches diverses provenant de l’occupation allemande 1940-1945.

Le 17 11 1949, la Ville fait don au Musée d’un relief en plâtre représentant la porte de THANN d’une valeur de 2 800 F. Le mémoire est à l’en-tête de Charles DODIN.

En réponse au courrier adressé par la DMF le 16.05.1950, Eugène SCHNEIDER .indique que le montant de la subvention versée en 1949 a été placé à la Caisse d’Epargne « La Mutuelle ». Il souligne par ailleurs que le Musée dispose d’une modeste mais intéressante collection d’objets divers.

Il déplore l’indifférence dont témoigne la municipalité, mais affirme son engagement et sa mission « avec le soutien de la jeunesse des écoles »

Le 12.11.1951, la Fédération des Amis de la plus belle France (Paris) sollicite l’adhésion de la Société du Musée de CERNAY.

Dans un courrier adressé à la DMF, le 5.05.1952, en vue de constituer le fichier général des musées classés, Eugène SCHNEIDER fournit les précisions suivantes :
« Le musée municipal historique et de folklore est ouvert le jeudi et le dimanche. L’entrée est gratuite.
– La fréquentation reste faible. Il y a peu de rentrées en objets intéressants.
– La situation financière est stable. Le produit du tronc s’élève à 800F.
– Un nid de cigognes a été posé sur le toit de la Porte de THANN ».

Dans une dernière lettre destinée au Service de Protection des Œuvres d’Art (Ministère de l’Education Nationale) le 9.02.1955, Eugène SCHNEIDER écrit:
« depuis 1953 nous avons un nouveau maire et un nouveau conseil municipal, qui nous est très dévoué et ayant une compréhension très efficace. Hélas ! depuis 1953, je suis démissionné du poste de conservateur (question d’âge : 86 ans !!). Depuis le musée est en veilleuse. C’était pénible pour trouver un remplaçant, mais finalement l’ayant trouvé, il entre en fonction en été 1955.
Quant à la question d’objets d’art, nous n’en avons pas rentrant dans cette catégorie. Finalement je souhaite de tout cœur prospérité à l’avenir du musée« 

Une série de travaux programmés par les M.H. sont lancés pour restaurer l’édifice.

En février 1962, le docteur Jean SUTTER crée la SHACE et inscrit dans ses statuts la gestion du musée municipal de la Porte de Thann.
Le 30.01.1963, la Société du Musée et de la région du Vieil Armand est dissoute.
En 1966, suite à une série de désaccord avec la municipalité, la plupart des membres de la société d’histoire, dont son président, démissionne et une longue période de veille s’ensuivit pour le musée.
En 1974, un vol dépouille le musée d’une grande partie de sa collection d’armes anciennes.

Un aspect du musée en 1974 – Photo Ph. Neuhauser

La période récente

En 1979, Marc Drouot prend la présidence de la société d’histoire et d’archéologie, un nouveau conservateur bénévole, Roger Kuster, assure la bonne marche du musée.
A cette époque, le musée est officiellement reconnu par l’Etat en tant que musée contrôlé et perçoit des subventions de la Direction des Affaires culturelles.
E. Job a pris la suite de Roger Kuster, épaulé à partir de 1991 par Marie-Claire Grollemund.
1991-1997 suite à l’acquisition de la Maison Hans par la municipalité, extension du musée par une salle d’art sacré, puis installation de la première exposition temporaire consacrée à l’hospitalier au début du siècle. (conceptrice M-Cl Grollemund).

 

Film « Si Cernay m’était contée »

histoire-two

A partir de 1324, Cernay et Steinbach

qui ne forment qu’une commune

passent sous la domination de la Maison d’Autriche.

histoirethree

La Ville de SENNHEIM était fort jolie au XVe siècle :

elle avait des murailles et fosses pleine d’eau

sise à un endroit fertile en vin et foin,

à une heure de la ville de Thann.

histoire-four

A la veille de la Seconde Guerre Mondiale,

à l’initiative de Joseph REMY,

le musée renaît de ses cendres et

la porte de Thann a été choisie pour l’accueillir.

histoire-six

En 2002, le Musée reçoit

le label « Musée de France »

expositions-permanentes

MUSEE

Les expositions sont réparties dans quatre salles :

 

Salle Ingold
ingold01A l’aube de notre histoire

Salle Oberreiner
ober01De la «Pax Romana» aux invasions germaniques

Salle Sutter
sutter01La ville médiévale du Comté de Ferrette

Salle Weinstoerffer
expo250
Exposition temporaire


 

En 1634, à la fin de la guerre de Trente Ans,
la terre de SENNHEIM est attribué
au Sieur de Schonbeck
pour services rendus
au roi et devient française.

salle-sutter

Salle SUTTER

Jean Sutter médecin cernéen fondateur de la S.H.A.C.E en 1962 (1928-2000).

Un rêve devenu réalité !
Sennheim, une ville médiévale du Comté de Ferrette (XIIIe-XVIIé s)

La maquette de la ville a été réalisée à l’échelle 1/72e par Laurent Prégaldiny.
Elle a nécessité 1200 heures de travail et a été inaugurée le 9 avril 2009. (manquent les parties est et nord de la seconde enceinte).

Les objets exposés proviennent de fouilles archéologiques effectuées à partir de 2000 dans le fossé du Potier (cour de Ferrette),
en particulier une collection remarquable de carreaux de poêle du XVe-XVIe s. restaurés par Ch Voegtlin.

Ils ont permis la reconstitution de 2 poêles en céramique (atelier Spiess-Fuchs d’Oltingue).

Une gravure de Mérian évoque une des nombreuses batailles qui a vu s’affronter
Impériaux et Suédois dans notre contrée au cours de la Guerre de Trente ans (1618-1648).

Finalement  les terres impériales d’Alsace dont la seigneurie de Sennheim (Cernay) sont rattachées au Royaume de France (1648).

 

C’est en 1864, que le notaire historien Armand INGOLD
et l’industriel Paul BAUDRY décident avec quelques amis
d’ouvrir un musée à CERNAY..

salle-weinstoerffer

Salle WEINSTOERFFER

Henri Weinstoerffer capitaine des sapeurs-pompiers de Cernay de 1938 à 1942.

Espace qui accueille les expositions temporaires annuelles.

Exposition 2015

70 éme anniversaire de la libération de Cernay

Le 4 février 1945, Cernay était libérée par la 4e DMM. 70 ans après, une exposition temporaire est consacrée à cette période dramatique de son histoire.  Elle s’inscrit dans la bataille de la Poche de Colmar qui se déroule du 20 janvier au 9 février 1945. Les combats sont acharnés et font de nombreuses victimes civiles et militaires. La libération de l’Alsace du Nord ne sera achevé que le 19 mars. Le 8 mai 1945, l’Allemagne capitule à Reims sans conditions. Puisse cette rétrospective rappeler que des hommes ont combattu au prix de leur vie pour que nous puissions vivre libres aujourd’hui dans une Europe réconciliée. D’autres menaces pèsent sur le monde actuellement et nous devons y faire face pour garantir la paix si précieusement acquise il y a 70 ans !

salle-ingold

Salle INGOLD

 A l’aube de notre Histoire
Armand Ingold notaire et historien (1816-1906)

Si la linguistique laisse supposer que Cernay a une origine celte,
la présence de l’homme est attestée dans le canton depuis l’époque néolithique au moins.

La vie au Néolithique

Plus près de nous, l’Alsace devient terre de passage, et des peuples venus de l’Est s’installent dans le canton.
Les villages se développent, la pierre polie laisse peu à peu place aux métaux (bronze, puis fer) pour fabriquer des armes, des outils et des parures.

Epée en bronze (env. 1000 av JC) trouvée aux alentours de Cernay (Staffelfelden)
Photo Lise Pommois

A partir du Vème siècle avant J.C., la tribu celtique des Raurarques s’implante dans la région de Bâle, le Jura Suisse et la Haute-Alsace
Vue partielle de la salle Ingold – Photo S.H.A.C.E

 

 En 1864, le musée a été installé à l’emplacement
de l’actuelle Villa Carrère.

salle-oberreiner

Salle OBERREINER

De la «Pax Romana» aux invasions germaniques

Camille Oberreiner professeur et historien cernéen (1874-1944)

En 58 avant J.C., Jules César et ses légions ont défait le prince suève Arioviste à la tête de tribus germaniques et celtes.
Certains historiens ont situé le champ de bataille entre Cernay et Wittelsheim.
Ce combat décisif intègre pour 5 siècles l’Alsace dans l’Empire romain.

Une bourgade gallo-romaine (vicus) a été localisée à l’est de Wittelsheim. Cernay aurait pu être un gîte d’étape (mansio)
sur la voie romaine Mandeure-Breisach. Le village Sennenheim pourrait dater de l’époque franque (VIe siècle).

Situé sur la rive gauche de la Thur, il occupe une position de carrefour (voie nord-sud plaine d’Alsace;
voie est-ouest vers la Lorraine par la vallée de Thann) favorable aux échanges commerciaux et à son essor.

expositions-temporaires

EXPOSITIONS

Chaque année la SHACE organise une exposition avec une thématique précise.
On retrouve ces expositions dans la salle Weinstsoerffer, mais aussi dans les autres salles.

Affiche Exposition 2016 (600)

Exposition 2016

Exposition 2015

Exposition 2015

Exposition 2014

Exposition 2014

affiche2013

Exposition 2013

affiche2012

Exposition 2012

affiche2011

Exposition 2011

affiche2010-1

Exposition 2010

 

 

 En 1877, à l’annexion de l’Alsace à l’Empire Germanique,
le musée à été définitivement fermé.

exposition-twozeroonesix

EXPOSITION 2016

Image1

« … On peut y retrouver une urne franc-maconne, un morceau de pain de siège de Paris de 1870, une urne contenant de la terre tchèque, une toile de Robert Plantey sauvée in extrémis, un vélo ayant appartenu à un certain Dr Klein et arrivé dans la collection du musée en 1964.

Chacune de ces pièces a fait l’objet de recherches approfondies des Historiens Cernéens mais pour certaines sans succès.

La Société d’Histoire lance un appel aux Cernéens qui détiendraient les informations sur l’un ou l’autre objet. … »

(extrait de l’Alsace /SR)


 

 

Art vern expo 2016

L’Alsace 30/06/2016

 

DNA 03082016

DNA 03/08/2016



 


 Cette description ne vaut pas une visite sur place,
et nous espérons vous y accueillir prochainement.

exposition-twozeroonefive

EXPOSITION 2015

70 éme anniversaire de la libération de Cernay

Le 4 février 1945, Cernay était libérée par la 4e DMM. 70 ans après, une exposition temporaire est consacrée à cette période dramatique de son histoire.

Elle s’inscrit dans la bataille de la Poche de Colmar qui se déroule du 20 janvier au 9 février 1945. Les combats sont acharnés et font de nombreuses victimes civiles et militaires.

La libération de l’Alsace du Nord ne sera achevé que le 19 mars. Le 8 mai 1945, l’Allemagne capitule à Reims sans conditions.

Puisse cette rétrospective rappeler que des hommes ont combattu au prix de leur vie pour que nous puissions vivre libres aujourd’hui dans une Europe réconciliée.

D’autres menaces pèsent sur le monde actuellement et nous devons y faire face pour garantir la paix si précieusement acquise il y a 70 ans !

 Cette description ne vaut pas une visite sur place,
et nous espérons vous y accueillir prochainement.

exposition-twozeroonefour

EXPOSITION 2014

Cette exposition est présentée dans le cadre des commémorations du centenaire de la Guerre 1914-1918.
C’est un témoignage local dont la trame s’inspire d’un journal tenu par une Cernéenne durant les 5 premiers mois du conflit.
Elle rapporte au quotidien les événements dramatiques vécus durant cette période.

couverture
Journal de Louise Gigandet

 Cette description ne vaut pas une visite sur place,
et nous espérons vous y accueillir prochainement.

exposition-twozeroonethree

EXPOSITION 2013

affiche2013

Initiée par Francis Stoffel en collaboration avec le Musée des beaux-arts de Mulhouse et l’association des Arts de Haute-Alsace,
l’Exposition 2013 avait pour thème : « les peintres alsaciens à Paris « .
Les œuvres exposées étaient des paysages parisiens vus par des artistes de double culture française et allemande,
et campagnards de surcroît, ce qui leur donnait un regard particulier sur la ville.
Parmi eux, Henri Zuber, Robert Breitwieser, Charles Walch, Robert Folk ou encore Lutz Binaepfel.
Organisé avec le soutien de l’Association « Art de Haute-Alsace », simultanément avec les Musées de Thann et de St-Amarin

Ci-dessous une présentation rapide des principales toiles accrochées au Musée de Cernay et de leurs auteurs :

 

expo2013-01

expo2013-02

BREITWIESER Robert Porte de Châtillon,

BREITWIESER Robert
Porte de Châtillon,

BINAEPFEL Lutz Belleville

BINAEPFEL Lutz
Belleville

 

 Cette description ne vaut pas une visite sur place,
et nous espérons vous y accueillir prochainement.

exposition-twozeroonetwo

EXPOSITION 2012

affiche2012

Marie-Hélène ZADRAPA fût le maître d’œuvre de cette exposition
qui a présenté une variété d’objets de collections des arts décoratifs de 1896 à 1939,
certains signés de grands noms de l’époque  (Gallé, Daum, Lalique, Mougins, Chanal,…).
Ainsi nous avons pu constater la différence de ces deux époques.

*
 Cette description ne vaut pas une visite sur place,
et nous espérons vous y accueillir prochainement.

exposition-twozerooneone

EXPOSITION 2011

affiche2011

Le Musée de la Porte de Thann à Cernay,  a accueilli en 2011, une exceptionnelle collection
des oeuvres de la Famille SPINDLER et une rétrospective de l’œuvre  de Charles SPINDLER.
Grâce à la Collection privée de Michel KNOERR,  qui possède l’une des collections les plus complètes des oeuvres de Charles SPINDLER,
meubles ornés de décors en maqueterie, tableaux à essences finement ciselées, et aquarelles
l’exposition « La Vision d’un collectionneur » s’est installé du 01 mai au 02 octobre 2011.

Télécharger le dépliant

 Cette description ne vaut pas une visite sur place,
et nous espérons vous y accueillir prochainement.

exposition-twozeroonezero

EXPOSITION 2010

affiche2010-1

Le poêle au fil du temps : Arts et techniques
L’exposition est consacrée au poêle en céramique, suite à la découverte lors de fouilles de fragments de carreaux de poêle.
Cette exposition a été montée avec l’aide M. Fuchs de l’atelier Spenlehauer – Spiess – Fuchs d’Oltingue (68).

Telécharger le dépliant

 

 Cette description ne vaut pas une visite sur place,
et nous espérons vous y accueillir prochainement.

peintre-carrere

Peintre CARRERE

autoportaith400

 

Jean Ulysse Paul CARRERE naquit le 15 septembre 1878, au domicile de ses parents à Bordeaux, route de Pessac.

Sa mère, Mathilde BARRADE est fille de capitaine de navire de commerce.

Son père, Jules CARRERE, est négociant. A partir de 1880 il s’associera avec son beau-frère Jean Baptiste SYREIZOL pour gérer une fabrique de chaussures.

Un petit portrait  tracé à l’âge de 11 ans par le jeune Carrère montre une réelle disposition pour le dessin.

L’instruction qu’il reçut lui permit de fréquenter l’école et le lycée, et d’obtenir une qualification de dessinateur industriel.

Il est vraisemblable que le jeune Carrère ait fréquenté aussi l’atelier de Louis Auguste AUGUIN. Celui-ci est établi à Bordeaux depuis plusieurs années, et a ouvert son atelier aux artistes en herbe. Carrère a laissé une toile dont le sujet est repris d’un tableau d’Auguin.

paysage

« Paysage » d’après AUGUIN

 Le 15ème régiment de Dragons l’héberge de 1899 à 1902 pour son service militaire.

Revenu à la vie civile, il reprend ses activités professionnelles et artistiques.

En avril 1906, sous la signature de Paul Carrère, il fait paraître « Aubes d’Avril » recueil de poèmes dédiés à la mémoire de son père récemment disparu.

Dans la préface, l’auteur y est qualifié de « poète attendri et sincère … dessinateur élégant, peintre habile. ».

La succession de Jules Carrère, dont les affaires n’étaient pas des plus brillantes, a entraîné la vente de certains biens dont une propriété ‘’La Brande’’ que son fils s’empressa de représenter sur un panneau de petit format, daté de 1906.

labrande

La Brande

 En 1912, le premier jour du mois d’août, Jean Ulysse Paul Carrère épouse à Paris Emilie Suzanne Charpentier, enseignante, native de Cernay en Alsace.

Les jeunes mariés s’installent à Paris dans le XVème arrondissement.

Ils ont trouvé un appartement rue Alain Chartier près de l’ami Marcel BACH, peintre du ‘’groupe libre’’ (peut-être en rapport avec le salon belge « Libre Esthétique »), et lui aussi originaire du sud-ouest.

mmecarreh400

Mme Carrere

 En août 1914, comme beaucoup d’autres, Carrère est mobilisé.

Il intègre le 58ème d’artillerie avec lequel il parcourra les champs de bataille de l’Aisne, de la Champagne, de la Meuse.

En 1915, il est promu brigadier.

En avril 1917, il est affecté au 15ème d’artillerie qui part pour les Flandres.

Vers la fin de cette année-là, il est hospitalisé à Auxerre.

auxerre400

La cathédrale, et le vieil Auxerre

De cet épisode médical il tirera une nouvelle, jamais éditée: ‘’stratégies au couvent’’.

Réformé une première fois en décembre 1917, il regagnera Paris. Six mois plus tard la commission militaire maintient cette décision.

Carrère ne reprendra plus la direction des champs de bataille.

Après la tourmente, les esprits étant apaisés, chacun peut reprendre son rythme de vie.

Pour assurer le quotidien, Carrère prend des travaux de décoration à AUTEUIL et à PUTEAUX, tandis que son épouse enseigne l’allemand, l’anglais et le français aux lycées Fénelon et Hugo à PARIS.

Sous le pseudonyme d’Alleyson, en 1923, Carrère publie « Versants », nouveau recueil de poèmes où apparaît en pointillé l’expérience des années de guerre.

En 1924, les époux Carrère acquièrent la demeure du 1 rue Latouche, à Cernay, qu’ils font remettre en état. Cette maison de famille de Madame Carrère appartenait à ses grands parents maternels, et sa mère et sa tante Eva y vivaient encore.

Grâce à l’architecte Miroslav KREYTCHIK, Carrère expose des aquarelles intitulées: ‘‘Judith et Holopherne’’ et ‘’le paradis terrestre’’ à la Rotonde, à Paris.

En avril 1924, Carrère contactera le compositeur PETRIDES faubourg St Jacques pour mettre en musique un livret de théâtre symphonique. Il semble qu’il n’y ait pas eu de suite à cette démarche. Le 16 mai 1924, il en coûtera 1,20 franc à Carrère pour l’envoi de ce même livret à Vincent D’INDY

En mars 1925 paraît « office liturgique de la vie », un premier livret de théâtre symphonique, dont nous ignorons si une partition existait.

A partir de 1925-26, Carrère reprend ses pinceaux.

Il n’en reste pas moins attentif à l’évolution des affaires du monde, puisque le 25 juillet 1926, il participe avec 25 000 anciens combattants à une manifestation ‘’contre le tribut du dollar’’. Un photographe du journal ‘’Comœdia’’ le représente avec une œuvre ‘’satirique’’ lors de ce défilé.

En juillet 1928, Carrère rend visite à son homonyme, le journaliste poète Jean Carrère établit à NERAC depuis deux ans.

De novembre à décembre de la même année, la galerie « Jeune peintre » accueille les toiles de Carrère. C’est semble-t-il à cette période qu’il prend, pour ces oeuvres picturales, le pseudonyme de Cez.

Carrère exposera jusqu’en 1931 soit au salon des Indépendants, soit au salon des Artistes français. Il présentera chaque année, deux toiles:

En 1930 ‘’Coq de Sussex’’ et ‘’La Grande Ombre’’,

ombre400

lecoq400

En 1931 ‘’Razanil’’ et ‘’les Platanes’’

razanil400

platanes400

Pendant cette même période, il publie deux poèmes scéniques:
« Tu gagneras ton pain » et « Points cardinaux ».

Carrère devait aimer les jeux de mots ou les rébus.
Le pseudonyme d’Alleyson n’est pas une anagramme mais un jeu de mots [Ah les sons!].
Quant à Cez, c’est Jean multiplié par Paul! [Jean (4 lettres) * Paul (4 lettres) = Cez (seize = 4 fois 4)].

Le 27 mars 1933, Jean Ulysse Paul Carrère dit Cez, dit Alleyson s’éteint à son domicile parisien à l’âge de 55 ans. Il repose au cimetière de Cernay en Alsace.

Comme beaucoup d’artistes de cette période, et probablement influencé par le mouvement Nabi, il était polyvalent: peintre, graveur, poète et romancier.

Il nous a laissé une oeuvre picturale variée, mais toujours figurative. Les paysages des régions où il vécut, et les natures mortes y sont majoritaires.
La grande tourmente de 1914 a laissé des traces dans son oeuvre poétique plus particulièrement et cela d’autant plus que dans son premier recueil ‘’Aubes d’avril’’ on pressent un être préoccupé par la mort.

Madame Carrère après avoir enseigné aux lycées Lamartine, Hugo, Ferry et Fénelon de Paris, aux lycées de St Cloud et de Versailles, termina sa carrière au lycée de jeunes filles de Sèvres.

En juillet 1939, elle regagnera définitivement Cernay et y vécut jusqu’en 1966. Elle est inhumée dans la tombe familiale aux côtés de son cher époux.
Jean Paul Carrère avait souhaité cette épitaphe:
« La droiture et l’amour sont une belle proue au-dessus du silence »

Personnalités évoquées ci-dessus.

AUGUIN Louis Auguste
Peintre français né à Rochefort en 1824. Elève de son père, de Jules Coignet et de Corot dont il deviendra l’ami. Pré-impressionniste, chef de l’école paysagiste du sud-ouest. En 1860, il ouvre un atelier à Bordeaux où il finit par s’établir en 1863. En 1890 et 1898, il exerce son activité de professeur d’art et de peinture au 67 de la rue de la course à Bordeaux. Il décède à Bordeaux en 1903. Il est inhumé dans le caveau des artistes.

D’INDY Paul Marie Théodore Vincent
Compositeur français né à Paris le 27 mars 1851. Il entreprend des études de droit et de musique. Elève de César Franck, il consacra toute sa vie à son art, et enseigna à la Schola Cantorum. Il meurt subitement le 2 décembre 1931, à Paris.

PETRIDIS Petro
Compositeur et chef d’orchestre grec né à Nigde en Cappadoce (Asie mineure) le 23 juillet 1892. Il entreprend des études de droit et de musique à Paris, élève notamment de Roussel. Après 1915, il exerce les fonctions de critique musical à Paris et Londres. De 1919 à I921 il enseigne le grec moderne à la Sorbonne. En 1922 part vivre à Athènes.

CARRERE Jean
Journaliste et poète français né à Gontaud (Lot et Garonne) le 5 septembre 1865, décédé le 6 octobre 1932 à Nérac, où il s’était retiré depuis 1926.

© F. Dumas – S.H.A.C.E. 2003.

histoire-five

Après la libération de la Ville,

le Musée a été maintes fois forcé et pillé.

presse

Presse

2016- 20142013201220112010

 

2016

L'Alsace 26/07/2016

L’Alsace 26/07/2016

L'Alsace 30/06/2016

L’Alsace 30/06/2016

2014

alsace160914

L’ALSACE 16/09/2014

alsace250714

L’ALSACE 26/08/2010

dna080714

DNA 08/07/2014

alsace270614

L’ALSACE 27/06/2014

 

2013

alsace170813-1

L’ALSACE 17/08/2013

alsace170813-2

L’ALSACE 17/08/2013

alsace170813-3

L’ALSACE 17/08/2013

dna190613

DNA 19/062013

2012

alsace090512

L’ALSACE 09/05/2012

alsace170512

L’ALSACE 17/05/2012

2011

alsace301011

L’ALSACE 30/11/2011

alsace061011

alsace061011-2 L’ALSACE 06/10/2011

alsace310811

L’ALSACE 31/08/2011

alsace260811

L’ALSACE 26/08/2011

alsace170611

L’ALSACE 17/06/2011

dna160611

DNA 16/06/2011

vc62-052011

VIVRE A CERNAY – MAI 2011

alsace040511

L’ALSACE 04/05/2011

dna300411

DNA 30/04/2011

2010
alsac260814-4

alsace260814-2

alsace260814-3

alsace260814

histoire-seven

Cette description ne vaut pas une visite sur place,

et nous espérons vous y accueillir prochainement.

informations

Informations

Le Musée de la Porte de Thann à CERNAY.

  • Exposition temporaire : jusqu’au 31 octobre 2015
  • Horaire:
    • juillet, août septembre: du jeudi au dimanche de 14h à 18h
    • Sur rendez-vous toute l’année pour les groupes (à partir de 10 pers)
  • Deux salles (sur les quatre) sont accessibles aux personnes à mobilité réduite
  • Entrée :
    • Tarifs : Adultes: 2 €
    • Gratuité enfant accompagné jusqu’à 6 ans
    • De 6 à 18 ans : 1 €
    • Membre de la Société d’histoire de Cernay et environs: gratuit
    • Pour les groupes: 3 €/personne + 10 € forfait visite guidée
    • Groupes scolaires: 1 € /élève.

DSC_0099-001

(prendre contact au 03 89 75 88 80)

 

contact

CONTACT

 

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Recopier le code de sécurité suivant : captcha

icon-car.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Musée de la Porte de Thann

chargement de la carte - veuillez patienter...

Musée de la Porte de Thann 47.810085, 7.172978

Informations / Réservations :
Société d’Histoire de Cernay – 1, rue Haffner – 68700 Cernay
Courriel : accueil.musee.cernay@sfr.fr – histoire-cernay@sfr.fr
Accueil Musée : 03-89-75-88-80
bureau Société d’Histoire de Cernay : 03-89-38-92-56